VIC OLSEN : CHAPEAU BAS, MESSIEURS, UN MUSICIEN !

 

5 étoiles sur 5

Cyrille Destribois

 

Cet album m'a été offert par un ami qui connait personnellement Vic Olsen.
Il savait pourtant que je n'appréciais pas la musique de Keith Jarrett.
Par ailleurs, nous avions souvent évoqué comment la musique de Liszt est souvent jouée et comment Dinu Lipatti a su en donner une autre lecture dans les rares enregistrements que nous avons de lui, et en particulier dans son merveilleux enregistrement du 1e concerto (quasi inaudible mais, cependant, incroyable de cohésion et d'expression).
Sachant cela, il m'a simplement invité à écouter les deux enregistrements de ce pianiste sorti de l'incognito.
Je prends le temps aujourd'hui, alors que je les ai écouté de nombreuses fois, de témoigner de leur beauté.
Je suis étonné d'avoir pris du plaisir à écouter la musique de Jarrett tant chaque note est jouée avec du sens. L'interprète joue là un rôle de recréation et, même aujourd'hui, je suis dans l'étonnement d'y avoir pris goût.
Je savais que les performances musicales de Jarrett sont des improvisations et qu'il n'en existe pas de partition. Alors comment a-t-il fait pour jouer cette musique ? Curieux, j'ai fini par demandé à mon ami s'il savait quelle en était la source. Il m'a répondu que c'était Vic Olsen qui l'avait transcrite, d'oreille... Cela en dit long sur son attachement à cette musique pour parvenir à réaliser ce tour de force !
Un mot également au sujet de la sonate de Liszt : j'y retrouve la même qualité architecturale que dans son interprétation du concert de Bregenz. La musique y est articulée de façon harmonieuse, cohérente, et Vic Olsen met sa maîtrise instrumentale au service de l'expressivité.
Cette version de la sonate résistera certainement au temps et deviendra, j'en suis persuadé, une version aimé par les musiciens.
Dans l'attente et l'envie d'autres enregistrements...

Mai 2015, Amazon.fr

 

UN ENREGISTREMENT MAGNIFIQUE DANS LEQUEL MR OLSEN TENTE D'INITIER LE PUBLIC DE LISZT AU BREGENZ CONCERT DE K. JARRETT.

 

5 Etoiles sur 5

par Wade Cottingham

 

Pour un certain public, ceci vaudrait 10 ou 20 étoiles !

C’est un projet magnifiquement réalisé (...)

La quantité de travail qu'il a fallu fournir pour apprendre cette œuvre de Keith Jarrett, est totalement au-delà de ce que je ne pourrai jamais faire. Un travail de passionné avec une excellente interview, intelligente, dans le livret qui accompagne le CD.

Mr Olsen nous explique qu’il aimerait faire entrer les improvisations épiques de Keith Jarrett au répertoire universel de la musique de piano.

L’association avec la Sonate de Liszt en Si mineur fonctionne à merveille.

Je suis un immense fan de cet enregistrement, un très grand moment de musique. Vraiment magnifique. L’interprète a un sens esthétique très très élevé et il sait le communiquer. J’espère que cet enregistrement aura la distribution qu'il mérite.

Pensez au temps qu'il a fallu pour que quelqu’un d’autre que Keith Jarrett enregistre le Concert de Bregenz de 1981. Trente trois ans ! Si ce disque n'enflamme pas tout de suite le public, j'imagine que l’objectif de Mr Olsen d’élargir l’interprétation des œuvres de Keith Jarrett à d’autres pianistes pourrait prendre encore au moins une décennie...

Un mot rapide sur le son du piano: il est proche, on est à la place du pianiste. Le son est rapproché, sec et peu réverbéré. Le jeu de pédales est discret. Toutes ces qualités permettent d'entendre tout. Et la dynamique est magnifique et la sonorité du piano est magnifique et l'instrument est magnifique. L'accord du piano est super propre et magnifique.

Sur l’interprétation: ce pianiste vénère la beauté. Donc, de la part de l’auditeur (moi): un grand merci à l'artiste pour son très très bel enregistrement, intelligent et de grande envergure. Merci.

Quant à la comparaison entre les interprétations de K. Jarrett et de Vic Olsen: elles ne sont pas identiques, évidemment. L’interprétation de Vic Olsen est « parfaite », « héroïque », « belle », « magnifique ». Le sens du rythme de Keith Jarrett dans les passages les plus rythmiques est plus celui d’un batteur, d’un prêcheur, d’un groover. Mais globalement, Vic Olsen joue cette pièce merveilleusement. Il a hissé cette œuvre au même niveau que la Sonate de Liszt qu’il joue magnifiquement.

Un mot rapide sur l’interprétation de la Sonate de Liszt : j’en ai une douzaine de versions et j'ai mes préférées. Mais au lieu de comparer, je dirai simplement que Vic Olsen possède la connaissance et le talent artistique pour interpréter celle-ci d’une manière qui devrait me transporter. Et je suis transporté !

Je lui suis reconnaissant du travail qu’il a accompli dans la compréhension de cette œuvre et dans la façon dont il la restitue. Vraiment reconnaissant ! Une merveilleuse expérience d’écoute musicale!  

Décembre 2013, Amazon.com

 

 

UNE NOUVELLE ECOUTE POUR LA MUSIQUE DE JARRETT

 

Arnulf Müller

 

Vic Olsen tente de mettre à jour la structure de cette “composition” et, ce faisant, il est capable de montrer quelque chose de nouveau qui renouvelle l’écoute. Il est le premier à faire preuve d’une démarche créatrice pour donner un futur à la musique de Jarrett, un moyen de la maintenir vivante en la rejouant.

 

« Le fait même de rejouer cette musique lui permet de quitter son statut de « happening » rattaché à un contexte événementiel. Elle devient une œuvre autonome à part entière. » (extrait de l’interview de V. Olsen)

 

Cette démarche est à l’opposé de bien des autres qui essayent de copier le statut de « happening ». Je n’ai jamais compris pourquoi les gens tentent d’imiter une partie de concert entière. Bien sûr, ça va bien en privé, c’est un moyen de s’amuser. Mais ça n’a pas de sens de le publier. Ceux qui publient ce genre de copies (même sur Youtube) ne cherchent qu’à impressionner. La musique n’a pas besoin d’être dupliquée.

Janvier 2014, Keith Jarrett Yahoo Group

 

 

UNE INTERPRÉTATION DE KEITH JARRETT TRÈS CONVAINCANTE

 

5 Etoiles sur 5

par Michel Rochon

 

Très peu de pianistes s’intéressent à l’interprétation et à l’enregistrement d’improvisations faites par d’autres pianistes. Et le fait que les pianistes improvisateurs sont rares, rend ce disque d’autant plus unique. La qualité de la production est irréprochable.  L’inconnu Vic Olsen a su saisir toute l’essence de ce moment où  Keith Jarrett était en état de grâce dans la salle de concert de Bregenz, le 28 mai 1981. La forme organique de l’improvisation est ici interprétée comme une composition, avec unité et structure. Toute la puissance de l’élan jarrettien est présente mais avec, en plus, la vision que Vic Olsen y apporte, comme le fait un véritable interprète pour une œuvre classique.  J’espère que cela motivera d’autres pianistes à entreprendre la tâche de transcrire les grandes improvisations du Maître, telles que Osaka, Tokyo, Paris, La Scala…

La Sonate en Si mineur de Franz Liszt permet une mise en perspective.  Cette œuvre a été enregistrée par tant de grands pianistes. Olsen s’en sort bien mais perd parfois l’unité de pensée et de structure qu’il a avec Jarrett. Mais, l’un dans l’autre, un must pour tous les fans de musique intelligente et d’envergure pour piano. Tous mes vœux pour son prochain enregistrement !

Avril 2014, Amazon.com

 

 

"...un pianiste talentueux..., la sonate de Liszt est remarquablement jouée."

 

Agnès Jourdain, www.pianobleu.fr, Décembre 2013

 

 

UNE GRANDE RÉUSSITE !

 

5 étoiles sur 5

par Alain-E

 

Vic Olsen semble sortir de nulle part, et pourtant la maturité du jeu et de l'interprétation pianistique est absolument magnifique et digne des plus grands interprètes de notre temps.

Réunir Keith Jarrett et Franz Liszt sur un même album peut paraître surprenant au premier abord, cependant le choix audacieux de Vic Olsen s'avère extrêmement convaincant. Les deux œuvres s’enchaînent parfaitement, je dirais même qu'elles s'élèvent l'une et l'autre.

De plus la grande qualité sonore de cet enregistrement révèle le moindre détail et vous emporte littéralement au cœur de la musique. Les audiophiles y trouveront une nouvelle référence de taille, c'est une grande réussite.

Ce Compact Disk est juste magistral, je le recommande vivement !

Je viens d'en commander deux de plus pour les offrir à des proches ...

Décembre 2013 , Amazon.fr

 

 

DEUX ŒUVRES FANTASTIQUES INTERPRÉTÉES DE FAÇON IMPRESSIONNANTE

 

5 Etoiles sur 5

Benno von Archimboldi

 

Il a fallu attendre plus de 30 ans pour que le Köln Concert de Keith Jarrett connaisse un nouvel enregistrement sur CD (...). Avec le Bregenz, cela a pris encore plus de temps. Et contrairement à l'interprétation parfois un peu "bûcheronesque" du Köln Concert de Tomasz Trzcinskis, la nouvelle interprétation des deux parties principales du Bregenz de mai 1981 par Vic Olsen est remarquablement réussie.

Je n'ai jamais entendu parler de Vic Olsen ni du label CVM, mais le jeu pianistique qu'on entend sur cet album, sur lequel se côtoient le Bregenz de Keith Jarrett et la Sonate en Si mineur de Franz Liszt, est d'un touché des plus fins, nous offrant ainsi deux enregistrements fantastiques du plus haut niveau.

Vic Olsen parvient dans le Bregenz à relier avec une grande précision les passages d'inspiration jazz et ceux d'inspiration plus classique de cette œuvre née d'une improvisation libre et spontanée. De même, que ce soit dans les passages doux, pianissimo et dans les parties fortissimo, il arrive à mettre dans l'ombre la version originale.

Cela n'enlève rien à la fantastique capacité de création de Keith Jarrett qui fait naître la musique en partant de rien ainsi qu'il le dit souvent lui même (...) En particulier depuis les années 1970 et jusqu'au milieu des années 90, Keith Jarrett a souvent réalisé de la sorte des concerts de musique improvisée en deux parties et nombres d'entre eux sont à jamais des chefs d’œuvre.

Avec les "Sun Bear Concerts" de 1976 et le "Vienna Concert" de 1991, le concert de Bregenz a toujours compté pour moi comme l'un des plus grandioses parmi ces albums de concerts exceptionnels. Et que maintenant un pianiste quasi inconnu, à l'évidence très doué, le réinterprète si magistralement en l'associant à la célèbre Sonate romantique de Franz Liszt, en souligne à nouveau l'importance.

De la version originale du concert de Bregenz, il manque les parties "Untitled" et "Heartland" qui ont aussi contribué à la grandeur de cet album de Keith Jarrett, mais les deux parties principales d'une durée d'environ 34 minutes comportent de si belles harmonies que l'on ne peut qu'admirer la grandeur du compositeur et de son interprète.

Parmi de nombreux enregistrements anciens et récents de Keith Jarrett parus cette année, de très bonnes sonates de Bach enregistrées avec la violoniste Michelle Makarski, en passant par le très quelconque album Trio "Somewhere" et les plutôt moyens "Hymn&Spheres " et "No End", l'interprétation du Bregenz de Vic Olsen se distingue vraiment.

Est ce un hasard ou pas, qu'en cet automne 2013, non seulement l'enregistrement de Olsen soit publié mais aussi la version originale, cette fois-ci pour la première fois en CD, accompagnée d'un enregistrement du concert de Munich de juin 1981, tel que dans le triple album originel ?

Novembre 2013, Amazon.de

 

 

ETONNANT ET EXCELLENT

 

5 étoiles sur 5

Par Ninathor

 

Excellente interprétation de ces 2 œuvres monumentales. Deux des plus grands génies de leur époque.

Émotion et frissons sont au rendez vous.

A écouter et à posséder absolument.

Octobre 2013, Amazon.fr

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Contre Vents & Marées